Le logo à travers les époques

Le logo à travers les époques

Un peu d’histoire, juste un peu…

Le rapport à l’image et tout ce que cela représente (symbolique, idéologique ou artistique) est profondément ancré dans nos civilisations. Le fait de simplifier la représentation d’un objet tout en conservant sa lisibilité est la base même de la conception des logos.

  • Les prémices de l’histoire

Dès le commencement de l’humanité, il y a eu une volonté de représenter son environnement, son quotidien, soi-même dans le but de transmettre ou juste pour l’aspect artistique.

Peinture préhistorique, Abri de Chimiachas Aragon, Espagne photo Hugo Soria pour wikimedia

Les différentes cultures qui se sont succédées (ou cohabitées) ont laissé des traces que nous pouvons encore admirer : les peintures rupestres, les ornements des tombeaux égyptiens, les céramiques et peintures asiatiques (chine et japon notamment) …

  • Au moyen âge

Il y a eu une avancée significative de la place de l’identité graphique au moyen âge. L’évolution des protections corporelles (armures, boucliers) rendant l’identification de plus en plus compliquée, notamment les casques qui couvraient totalement le visage et les armures qui couvraient les costumes. Il fallait trouver un moyen d’identifier les personnes, sa lignée ou même « son camp ».

Bref, il fallait savoir qui était qui avant de lui taper dessus.

Photo de Mike Bird provenant de Pexels

Au XIème siècle, fût inventé l’art (ou la science) Héraldique, l’art des héraut (les speaker et messagers officiels de l’époque qui annonçaient les tournois, décrivaient les chevaliers et portaient les déclarations de guerres).

L’art héraldique est l’étude des armoiries mais aussi un art graphique (graphistes médiévaux…), au fil des années il devient même un élément du droit médiéval.

L’héraldique consistait à codifier les armoiries qui étaient la représentation graphique (les logos de l’époque…), afin d’identifier son porteur par le blason qui était la description orale ou écrite en terme héraldique (la charte graphique de l’époque).

Les armoiries étaient apposées sur l’écu (bouclier) afin d’être vues de tous sur les champs de batailles ou lors des tournois.

Ainsi avec l’évolution de l’héraldique et son adoption dans toute l’Europe, cette science a pris une place très importante dans le monde féodal. L’adoption d’armoirie et de blason est devenue obligatoire pour tout acte juridique. Chaque individu devant prouver son identité ou signer un document se devait d’avoir une représentation de ses armoiries (le sceau) ainsi que son blason en adéquation avec celui-ci.

La vérification en 2 étapes de l’époque…

Princesse de Sagan (1839-1905) - Armoiries - Blasonnement image de le BnF
  • Au XVème siècle

Au début du siècle, les imprimeurs apposaient des marques afin d’authentifier leurs œuvres (les imprimeurs étaient souvent éditeurs et libraires). D’abord sous forme de simples sigles puis au fil des années en petits dessins pour finir par de belles illustrations (le début des dessins publicitaires). Ces marques étaient placées à la fin de l’ouvrage dans un premier temps mais elles vont finir par couvrir une bonne partie de la couverture par la suite. « Les marques d’imprimeurs » Univ Poitiers

Ces illustrations mettaient en évidence le savoir-faire de l’imprimeur, ces derniers firent évoluer leurs illustrations en y intégrant plusieurs sens de lecture qu’il fallait « déchiffrer ».

Ces marques furent protégées par l’article 16 de l’ordonnance de 1539, interdisant aux libraires et aux imprimeurs d’utiliser la marque d’un autre (les prémices des droits d’auteur). voir articles droits d’auteur

  • Au XVIIème siècle

Les premiers journaux imprimés commencent à arriver et deviennent populaires. C’est bien sûr la publicité qui finance ces journaux, ce qui incite les entreprises à se différencier de leurs concurrents en investissant dans leur image.

  • Au XIXème siècle

Au début du siècle, le terme « logotype » fait son apparition sous la forme de caractères d’imprimerie formant des syllabes afin de simplifier la composition manuelle mais sans succès.

Avec la révolution industrielle arrivent l’économie de marché et la concurrence. Bien sûr la publicité prend une place plus importante dans notre société. Les entreprises ont besoin de se démarquer en se créant une identité forte pour se différencier de leurs concurrents.

Le marketing est né

Les entreprises commencent à inclure leur « identité visuelle » sur leurs produits afin que les consommateurs les identifient. Les designers graphiques créer des signes, des emblèmes combinés au nom des entreprises et de leurs produits.

Le logo tel qu’on le connait est né

L’arrivée de la classe moyenne ouvre la « consommation de masse » à un nouveau public. Pour répondre à cette hausse du nombre de consommateur, la construction de centres commerciaux pousse les entreprises à s’établir sur le marché et à se différencier des autres par leur image.

La révolution industrielle c’est surtout l’utilisation de la machine à vapeur qui permet l’évolution de l’imprimerie pour des productions à plus grande échelle. Mais c’est surtout l’impression en couleur dès 1840 qui a permis à l’identité graphique de faire un bond en avant significatif.

pub pour de la peinture et du mastic
encart publicitaire dans un journal américain de 1885
  • Au XXème siècle

Au début du siècle, les logos sont exclusivement commerciaux et envahissent le paysage. Pierre de Coubertin conçoit en 1914 le logo du drapeau olympique, créant ainsi le 1er logo non commercial.

Dans les années 50 un changement s’opère, le monde de l’entreprise prend conscience de l’impact que peux avoir un logo, qui est plus important que l’aspect purement visuel. Les bases de l’identité de marque se dessinent peu à peu.

Dans les années 60, plusieurs figures influentes de la scène artistique et graphiques lancent D&AD, une organisation qui vise à promouvoir une certaine qualité dans le monde de la publicité et du design. Toujours d’actualité aujourd’hui, cette organisation décerne des prix aux publicitaires en récompensant leurs campagnes. On ne parle plus de « dessinateur publicitaire » mais de « graphiste » ou « designer graphique ».

Dans les années 70, de nombreux logos célèbres sont créés. Le fameux logo « I ♥ NY », le bâton d’Asclépios dans l’étoile de vie à 6 branches (logo visible sur les ambulances), le logo d’Apple utilisé tel quel de 1977 a 1998 dont la forme restera inchangée jusqu’a aujourd’hui (a part ses couleurs).

créé par Milton Glaser en 1977
créé par la NHTSA en 1977
créé par Rob Janoff en 1977

A la fin des années 70, arrivent en même temps que l’informatique « grand public » les effets spéciaux numériques et la CAO (Conception Assistée par Ordinateur). Cela permet de diversifier les méthodes de création et d’ouvrir de nouvelles perspectives aux designer.

C’est le début de la « révolution numérique ».

Dans les années 80 et 90, l’entrée sur le marché des constructeurs asiatiques fait baisser les coûts de fabrication des ordinateurs, rendant l’achat possible pour un plus grand nombre de foyer.

  • La différence en matriciel et vectoriel

A la fin des années 80, Adobe® sort le logiciel Illustrator© sur Macintosh d’Apple. C’est un logiciel de création vectoriel qui va révolutionner la conception des logos.

Dans les années 2000, l’arrivée massive d’internet dans les foyers change les habitudes. Le monde du graphisme suit cette tendance et la conception des visuels prend en compte l’affichage sur les écrans des ordinateurs. On notera la mise sur le marché de 2 logiciels essentiels au design graphique : Photoshop© et InDesign© (2 logiciels phares, utilisés par la plupart des graphistes).

De nos jours, la publicité est omniprésente et par conséquent les logos aussi. La conception des logos n’a pas changé depuis de nombreuses années, seules les tendances changent (coloré, 3D, épuré…). 

En moyenne, chaque personne voit ou entend 1200 publicité par jour selon un article Mediapart, vous ne vous en rendez pas compte… Votre cerveau ne retiendra que ce qui lui plait, qui l’interpelle et c’est là que le travail du graphiste et des publicitaires en général prend tout son sens.

Le logo seul ne suffit plus, l’identité graphique d’une entreprise est composée aussi par ses couleurs, sa ou ses typographies, ses pictogrammes ou icônes (la charte graphique reprend tous ces éléments et leurs utilisations). Cette identité n’est pas figée dans le temps, il faut la faire évoluer en même temps qu’évolue l’entreprise.

Les logos, à l’heure actuelle, sont présent partout et tout le monde en a un : les entreprises, les associations, les clubs sportifs et même certaines personnes.

image matricielle

on apperçoit un effet d'escalier sur le bord des courbes

image vectorielle

les courbes sont nettes peu importe la taille

Laisser un commentaire